L’essentiel à savoir sur la startup Chronotruck

L’essentiel à savoir sur la startup Chronotruck

octobre 11, 2017 Non Par Malia

Chronotruck a vu le jour en 2016, grâce à la persévérance de trois hommes, à savoir Rodolphe Allard, Matthieu Verrecchia et David Botvinik. Ce premier n’est autre que le fondateur du groupe Allard Logistics qui oeuvre dans le transport et de logistique.

Les deux co-fondateurs sont des anciens de Fia-Net, expert en sécurité des paiements en ligne. Basée à Aubergenville dans les Yvelines, la startup s’est frayée un chemin sur le marché du transport de marchandises, dans une fourchette de poids de 50 kilos à 24 tonnes.

Elle table surtout sur la capacité de chargement des transporteurs et aspire à digitaliser la totalité de la chaîne de valeur du transport de marchandises.

Une plateforme innovante

Chronotruck a uberisé le transport de marchandises. La start-up a effectivement sorti de terre une plateforme exclusivement B2B, disponible en version Web et mobile.

Il s’agit d’un algorithme conçu en interne qui offre la possibilité de déterminer un prix, de manière instantanée et selon divers paramètres (type de véhicule, distance, poids, volume, lieu de livraison…). Cette plateforme garantit la livraison de 1 000 palettes par semaine.

Elle permet à la start-up de tirer son épingle du jeu dans un marché très réglementé. Les expéditeurs de marchandises y trouvent leur compte, car ils peuvent facilement dénicher en temps réel des transporteurs autour de leur point de chargement.

Une fois le prix validé par un expéditeur, le dispatcheur choisit parmi les disponibles dans les parages et dans son équipe. Il envoie un signal via la plateforme.

Un investissement colossal

Pour développer sa plateforme, la startup a constitué quelque 3,5 millions d’euros. Une collecte de fonds qui a été menée par Seventure Partners. Ce virage numérique a pour objectif de renforcer la stratégie commerciale de la startup.

Selon  Rodolphe Allard, cette démarche s’inscrit dans l’industrialisation de leur plan commercial, avec l’implication d’un certain nombre de télévendeurs et des commerciaux sur le terrain.

Grâce à la plateforme, la startup met aussi un coup de fouet à son développement informatique. Elle a compris que la digitalisation du transport de marchandises est un passage obligé en Europe, où 25 % des camions roulent à vide».

Un développement en continu

Au début du second trimestre 2017, la plateforme de Chronotruck comptait déjà quelque 1 400 transporteurs inscrits et environ 500 clients. Dans le cadre de son développement, la startup se fixe aussi l’objectif de porter le nombre de ses salariés à 50 d’ici fin 2017, si elle en est à 12 actuellement.

Elle aspire également à s’étendre à l’international « d’ici 12 à 18 mois ». L’Allemagne et la Belgique seront les premières destinations. Dans un second temps, l’implantation en Italie, en Angleterre, au Portugal et en Espagne est aussi sur la table.